Comments of students from France who participated in the 1998 and 1999 Milwaukee Bastille days celebration

1999: Les Etats-Unis ? Qu'est-ce ?
Avant même d'y avoir mis les pieds, je m'imaginais ce pays comme un grand espace où le melting pot régnait. Et bien, mon imagination ne m'a pas joué de tours.


Effectivement, l'immensité du pays se traduit au travers de larges routes et de hauts buildings : les petites rues de quartier sont pour nous des boulevards, et la tour Montparnasse n'aurait absolument rien d'extraordinaire au milieu des grattes-ciel de Chicago !


Concernant le melting pot, il ne faut pas oublier que les Etats-Unis ont été peuplés grâce à l'immigration. Il est donc tout à fait normal que les familles soient issues d'origines diverses.

Et les Américains ?
Le stéréotype d'un homme obèse tenant dans une main un hamberger et dans l'autre un drapeau n'est pas à démentir entièrement. Le Wisconsin est reconnu comme étant l'un des Etats producteur de lait, et donc de produits gras. Et cette profusion de nourriture grasse et peu équilibrée se ressent lorsque l'on rencontre des Américains dont la surcharge pondérale ne semble pas passagère.

Les Américains sont aussi très patriotiques. Il n'était pas rare de voir des drapeaux américains flottés dans leur jardin ; il est vrai que les Bastille days ont eu lieu quelques jours après la fête nationale du 4 juillet !
Mais je crois que ce qui m'a le plus marqué, c'est leur volonté constante de tout faire pour que nous gardions un excellent souvenir de notre séjour. A ce sujet, j'évoque avec plus de précision les familles d'accueil qui ont su nous combler : si nous leur avions demandé de décrocher la lune, je pense qu'elles auraient tout mis en oeuvre pour tenter de relever le défit. Bien que nous ne soyons restés que peu de temps avec eux, des liens se sont tissés et il a été difficile de leur dire au revoir ; les larmes avant de monter dans le car en témoignent...


Que dire de plus ?
Je concluerai mes impressions en remerçiant l'Alliance Française pour nous avoir permis de réaliser une telle expérience, Mme Gabrielle Verdier pour son soutien, les familles d'accueil qui ont été exceptionnelles et tout ceux qui ont contribué à notre réussite.

Cordialement
Jennifer SWAIN

Jennifer Swain en costume breton avec Peggy Merces, à la crêperie, Bastille Days '99.

le 9 septembre 1999 Bonjour Madame Verdier,

Désolée pour ce retard mais je ne peux consulter Internet qu'à l'école, et je viens juste de rentrer.

En fait pour tout vous dire j'habite la banlieue parisienne mais je suis originaire de la Sologne, cette région comme je la présentais aux Bastille Days est située à 1 heure de voiture de Paris, au Sud. C'est une région magnifique où j'adore me ressourcer lorque je vais voir ma famille.
Mes études consistent à tout savoir pour être le meilleur des commerciaux ou a être incollable sur le marketing, j'avoue qu'il y a encore du chemin ! En même temps pour appliquer mes connaissances je travaille dans une entreprise Les Baches de France (20 employés) qui travaille beaucoup avec le batiment, les transporteurs et les travaux publics. Cette société existe depuis plus de 27 ans et confectionne tout type de bache et filet (par exemple : bache publicitaire, bache pour un camion, filet de securite ...). C'est un domaine très spécial, très masculin, mais les femmes sont en generale bien accueillie !

Mon travail consiste à créer des supports de communication, prospecter de nouveaux clients, organiser des salons où la société sera présente, en fait je travaille dans le service marketing.

Il nous a été facile (Viviane et moi) d'obtenir l'accord de notre directeur pour partir car il sait combien ce voyage et cette experience comptait pour nous !!! Nous n'avons pas été obligé de prendre sur nos jours de congés car il savait que cela n'allait pas être de tout repos.

J'ai été très fière de representer ma region natale car cette region tient une place imporatnte dans mon coeur tant je la trouve unique ! Plusieurs office du tourisme ont accepte sans hésitations de m'aider en me procurrant des posters des brochures des catalogues ... J'aimerai vous siter les noms car elles le meritent bien : Office du tourisme de Blois, Offices départementaux du tourisme du Loiret et du Loir et Cher, d'autres ont été plus réservé et ne m'ont pas du tout aidé.

Je representais également l'Hotel Tatin, très connu en France pour son histoire et ses Tartes Tatin. (Ceci est une longue histoire si vous êtes interessé n'hésitez pas à me demander une brochure, ca me fera plaisir. J'ai donc cuisiné de mon mieux la célèbre Tarte-Tatin, pour cela j'avais avant calculé toute les quantités d'ingrédients dont j'avais besoin afin de ne manquer de rien.

Beaucoup de monde a gouté a cette tarte durant le festival et tous m'ont dit l'aimer. Beaucoup m'ont demandé la recette, j'avais prévu en traduisant la recette en americain mais ce n'était pas facile pour l'explication. Heureusement vous êtes très patiente et mon "franco-americain" vous faisait plutôt rire !!!

Je suis prête à revenir quand vous voullez ci vous avez quelque chose à me proposer pour Juillet prochain je suis partente car l'accueil que j'ai reçu est inoubliable, superbe il n'y a pas de mots pour exprimer ce que j'ai vécu pendant 10 jours. Vous êtes ABSOLUMENT INCROYABLE.

J'aime beaucoup votre region; dommage que je n'ai pas pu la découvrir plus longtemps, j'aimerai revenir bientot vous faire un petit "HELLO", "it's me".

Merci mille fois à toutes les familles qui nous ont recu, en particulier à ma famille Mr and M Kebler Babbit, Claudia, John et leurs enfants, qui m'ont beaucoup aidé lors des Bastille Days, j'espère les revoir bientôt.

Merci également à toutes les personnes qui ont organisé le festival, désolée je ne site pas les noms de peur d'en oublier, et merci à tous les americains qui sont venus nous voir, merci beaucoup.

A bientôt peut-être en France.
Marie-Noëlle Richard

PS : J'ai oublié de vous dire une chose, je trouve quand même qu'il y a beaucoup trop de choses sucrées et que c'est trop dure de résister à la tentation.

juillet 1999

Bonjour,

Je me présente : je m'appelle Audrey LEMAIRE. J'ai 19 ans. Je fais partie des étudiants qui ont participé aux "Bastille Days" cette année. Cela fait cinq ans que j'ai choisi de faire mes études par alternance. Ce système permet d'acquérir une expérience professionnelle tout en continuant d'étudier et d'obtenir des diplômes. Ce n'est pas une méthode facile mais je suis sûre qu'à long terme cela me sera profitable. Mon entreprise est la SNCF. C'est une entreprise nationale qui s'occupe du transport en France et un peu aussi à l'étranger. Cette année, on m'a donné comme responsabilité de m'occuper de l'animation des ventes et des produits. A part ce côté professionnel, je suis passionnée de photo (d'ailleurs les portraits de l'équipe que j'ai réalisé aux Bastille Days sont très réussis) et de cinéma.

Lorsque je suis venue aux Bastille Days, j'ai vendu (avec Audrey LAOURDE) des souvenirs parisiens, et plus particulièrement de tout ce qui se rapporte à la Tour Eiffel (Tee shirts, magnets, porte clef, verres, tasses, assiètes, litographies, casquettes, pendentifs, etc...). Notre action s'est déroulée de la manière suivante :

1 - recherche des fournisseurs
2 - choix du fournisseur en fonction du prix et de la qualité des produits.
3 - négociation des prix d'achat
4 - achat, réception et emballage des produits
5 - envoi des produits aux Etats - Unis
6 - décoration du stand des Bastille Days
7 - vente et contact avec la clientèle
8 - comptabilité des ventes

Voilà succintement les étapes de cette action.

Savez-vous ce qui m'a le plus étonné au Etats-Unis, plus particulièrement dans le Wisconsin ? Les autoroutes !!! En fait, quelques semaines avant de venir à Milwaukee, j'ai eu un accident de voiture sur un de nos autoroutes français, et j'ai abimé une rembarde de sécurité. Deux jours après, tout était réparé et il n'y avait aucune trace de l'accident. Les autoroutes américains font, je trouve, pale figure par rapport aux nôtres. Ils sont fissurés, abimés. Il est vrai qu'aux Etats-Unis, les autoroutes ne sont pas payants tandis que les nôtres si! C'est sans doute une explication !

Ce voyage aux États-Unis était ma première expédition en dehors de la France. J'ai été très étonnée devant l'hospitalité et la cordialité des Américains. Il est vrai que chez nous c'est une habitude qui se perd. Sur ce point je suis vraiment persuadée que nous gagnerions beaucoup à prendre exemple sur vous tous!

Les "Bastille Days" ont été une expérience formidable. Je n'aurais jamais cru que les Américains pouvaient autant aimer les Tour Eiffel ! Nous, on a tendance d' oublier ce monument, à force de le côtoyer ! En tout cas, l'ambiance était excellente, les gens agréables et chaleureux.

J'éspère pouvoir un jour renouveller cette expérience ou du moins pouvoir retourner aux Etats-Unis.

Cordialement.

AUDREY

juillet 1999


Qu'est-ce qui vous a étonné le plus aux États-Unis, dans le Wisconsin?

Comme ce voyage n'était pas mon premier aux USA, ni mon dernier, j'ai pensé que le Wisconsin était agréable en été, mais probablement très froid l'hiver. L'architecture est plus élaborée, plus anciènne que sur la côte ouest, les gens sont un peu mieux éduqués et habillés.

Je ne sais pas si je passerai toutes mes vacances lá-bas, mais pour ce qui est des occupations, elles restent tout de même limitées à mon goût. Pour d'autres Américains, c'est un endroit perdu au milieu de pas grand chose sinon de grands Mall.

Les gens sont très chaleureux et ont le contact facile (presque autant qu'en Louisianne, du fait de l'ancienne présence Française et Espagnole).

Votre séjour a-t-il confirmé ou modifié les impressions que vous aviez des USA?

Non, mes impressions sont les mêmes, la nourriture est toujours aussi grasse, mal équilibrée, sans goût. Tout est toujours dans l'excès, il n'y a jamais de demi-mesure. J'ai eu une approche différente du tourisme habituel, et observé le comportement des acheteurs américains aux Bastille Days, et finallement le comportement des consommateurs moyens américains est similaire à celui des Français, sauf que les Américains sont plus acheteurs, et vivent à credit plus que nous!!

Les gens sont très friands de gratuité, et d'échantillons de nourriture. On ne sent pas une âme profonde de la ville, que tout est récent, que le plus important est de faire le building le plus haut. Ce n'est pas un pays d'assistés comme en France, et cela creuse beaucoup d'écarts, les riches deviennent plus riches, et les pauvres, plus pauvres, beaucoup de homeless people! surtout dans les grandes villes.

Le gouvernement n'aide pas beaucoup, et le capitalisme prime avant tout. C'est bien connu, on venait, et on vient toujours aux USA pour faire fortune, car c'est un des rare pays où l'on peu faire des affaires sans attendre une réponse pendant une éternité. Les barrières administratives sont moindres, et la notion de faire du business et de l'argent n'est pas un sujet tabou. On est un Winner, ou on reste un Looser à jamais, c'est la course. Mais la seule question que se posent les américains entre eux, ce n'est pas de savoir si leur travail leur plait, c'est toujours "How much you make?", combien tu fais?, et c'est aussi souvent comme cela, malheureusement, que les gens selectionnent leurs amis.

Qu'est que les Américains que vous avez rencontrés vous ont appris?

J'ai découvert un amour des Américains pour les Français, et l'Europe en général, du fait de notre histoire, et ils sont très reconnaissant d'être devenus les États-Unis d'Amérique grâce à Lafayette, car ils n'ont pas l'air très amis des Anglais...

J'ai aussi remarqué qu'ils ne connaissaient pas bien la géographie mondiale, et qu'ils ne visitent pas beaucoup leur propre pays. Les Américains sont très nationalistes, fiers de leur pays (ils ont raison), et ont toujours ce sentiment d'être le centre de la terre, le Number One pour tout, le nombril du monde, et c'est assez fatiguant. Ils ont moins de vacances que nous, mais voyagent plus facilement.

Quelles sont les questions qu'on vous a posées le plus souvent à "Bastille Days"?

Si nous aimions les États-Unis, et aussi Milwaukee, si notre séjour se passait bien, et ce que nous avions fait comme activités, sorties etc...Aussi si c'était notre premier voyage aux USA, et sinon les endroits visités auparavant. Quels sont les endroits à visiter en France, et en Europe.

Commentez la cuisine que vous avez découverte...

Rien de bien extraordinaire, ce n'est pas la cuisine française ou italienne, sauf dans les restaurants, et encore!! Les hamburgers, ou double cheeseburger, avec des sauces partout, et des glaces, ne sont pas les meilleurs ingrédients pour une nourriture équilibrée, pratiquement personne ne boit de l'eau, et tout le monde mange n'importe quoi à n'importe quelle heure.

Quand on sait que les élévages de bovins (parfois plus de 100 000 têtes) aux US sont tous sous hormones, alors que cette pratique est illégale en France, et qu'ils modifient la génétique des fruits et légumes pour qu'ils durent plus longtemps, et que l'aspect soit plus agréable, et de plus, les terres ne sont pas mises en jachère, démandez à un professionnel français, il vous dira que c'est aller tout droit dans le mûr, et que ces pratiques ne peuvent durer éternellement! Et le ministère de l'agriculture américain cautionne tout cela! Bravo pour les progrès et les résultats!! et les conséquences?


Grégoire GAROFF

Malgré le temps écoulé depuis mon départ de Milwaukee, mes souvenirs sont restés intacts et c'est avec une grande tristesse qu'il a fallu vous quitter en juillet, 1999.

En effet, les Bastilles Days ont été pour moi plus qu'une expérience professionnelle,j'ai pu découvrir une culture bien différente de la nôtre mais au combien moins compliquée.

J'ai aussi été frappée par le dévouement des familles d'accueil qui ont fait plus que l'impossible pour nous recevoir avec une attitude très chaleureuse. Par ce courier, j'aimerai remercier tous les intervenants des Bastilles Days, j'ai peur d'oublier quelqu'un pour les remerciements mais je compte sur vous pour transmettre le message. En effet chaque personne que nous avons rencontrée, nous a tendu la main dès que nous avions besoin.

la crêperie Bien sûr, d'un point de vue professionnel cette semaine passée parmi vous pour plébicité les produits français a été très instructive car il a fallu faire face à toutes sortes de situations : en premier, la barière de la langue mais aussi la gestion du temps (surtout pour le stand "cuisine"), l'installation des stands et puis un phénomène indépendant de notre volonté, "le vent" qui propageait la barbe à papa dans les airs pour le plus grand plaisir des enfants.

Ce courier va peut-être vous sembler un peu long mais il y a tant à dire sur cette expérience qui fût pour moi inoubliable et que j'aimerais reconduire l'an prochain si "les dieux" sont avec nous.

Peggy Mérces


PS : Peggy revient en Juillet 2000 ! ! A bientôt, Peggy !
Morgan Spiering, Stagiaire à UWM pour " Bastille Days, 2000 "


juillet 1998: 1) Obviously a very positive commercial experience, but more particularly a human one: discovering people within a group, people whom I used to cross in corridors without knowing them; discovering a new country which is very different from what I imagined. Americans are incredibly hospitable. A great lesson to remember for very individualistic French people. A great welcome. Finally, a very good opportunity to learn English. Last, a strong desire to return next year, but for 2 or 3 weeks (too short a stay); and to find work over there...

2) Thank you to all the organizers of that trip.
Americans are very helpful with foreigners.
Milwaukee is a city where I would like to work.
A good coordination and a good spirit within the whole group.
"Bastille Days" should be organized again with the same team (you do not change a winning team).
I will never forget that experience.
The different families were marvelously hospitable and soon trusted the students.
The "American Dream" does exist for French people, but the "French Dream" is far more important for Americans.

3) A fabulous and very meaningful experience. Americans love and worship French culture, which we were made to feel!
A good lesson for us Frenchmen to learn
As for "Bastille Days", we were the only really French stand, which gave us a place of honour.
We had a TV interview, who could ask for more?
Apart from that, we experienced a few minor problems with the sanitary control, and we had to fix them.
Also, we were short of a few tables at first; but there are no problems, only solutions.
               Isabelle Durand

4) A fine stay. The families were great. Thank you to the Alliance Française. It was very interesting to sell to Americans. This should be organized again in 1999 for the First & Second year students as it is a great experience.

5) The most important thing I remember from that week is that the families gave us a warm welcome, that they were very devoted to us, and that they helped us to make the best out of Milwaukee and its activities. Also, I think we managed to spend a week together in good friendship, thanks to everybody's good will. I will retain a good memory of that time; we had great fun together. A blissful week.

6) It was a fantastic stay. Like in a dream. I have had memorable time with the family I stayed with, with the Americans who are very friendly, and will retain a good memory of a great city. And above all a victory that was deep within each of us: "the World Cup, France 1998". It was a week of stars! And an original bath in American waters. Thumbs up for America! And thanks for having allowed us to discover all that.           Stephanie..... Ps: I prefer French buses!

7) What surprised me most, and what I liked most in that quiet city of Milwaukee, is the incredible sense of hospitality of its citizens. We had the most extraordinary welcome, be it by our host families or by the visitors at Bastille Days. That is the reason why I thank Milaukee with all my heart.
               Thierry

Cher Gabrielle,
T

out d'abord je tiens à vous remercier à nouveau pour tout ce que vous avez fait pour nous, avant et pendant le festival des Bastilles Days.

Je crois que cette expérience à été très enrichissante pour tous et sur tous les points. Tout d'abord au niveau humain les novistes des Etats -Unis ont pu juger par eux mêmes du bon accueil des américains. Pour ma part j'ai retrouvé avec plasir le nouveau continent et cette expérience m'a encore plus donné l'envie de m'ouvrir aux autres et de voyager pour découvrir d'autres cultures et d'autres horizons.

Au point de vue professionnel, ce festival fut aussi une grande réussite. On a pu mettre en pratique tout ce que l'on avait pensé tout au long de l'année. En plus nos efforts ont été bien récompensés à la fois par les bénéfices mais aussi par la réaction de nos différents interlocuteurs.

Voila en quelques mots mes sentiments sur le festival 2000.

Merci encore

Céline Blandineau

Wisconsin's French Connections
le 25 août, 1999
page modifiée le 16 septembre 2000 [Back to WFC Office]