L’Agriculture et Les Valeurs Européennes: Fabrication du Fromage à Belmont, dans le Wisconsin

par Amy Marczewski
University of Wisconsin--Madison
Research done for French 284
Professor Martine Debaisieux

juin, 1998

Les Etats-Unis, on pourrait dire, sont simplement l’Europe de l’ouest; c’est-à-dire, l’Europe a influencé beaucoup d’éléments de la culture, de la politque, et même de l’agriculture des Etats-Unis. Les immigrés européens étaient les ancêtres des Etats-Unis. Ils ont contribué beaucoup à la culture et la politique, sans doute, mais ce qui est très important est leur système d’agriculture. Ils ont apporté une certaine <<éthique de travail>> qui existe encore aujourd’hui. Dans cette éthique, il s’agit du travail dur, de l’importance de la famille, et de la commumauté, et la signification de la religion par un attachement très fort pour la terre.

Bien sûr, nous avons cette influence dans le Wisconsin. Il y a beaucoup de noms français partout dans le Wisconsin, comme Belmont par exemple. A Belmont, dans le Wisconsin, il existe une <<éthique de travail>> européenne dans l’agriculture, explicitement dans les <<fermes de fromage.>> Ces fermes représentent la combinaison des valeurs des paysans européens du <<Vieux Monde>> avec la technologie du <<Nouveau Monde.>> Bien que les fermes de Belmont soient assez nouvelles, elles sont représentatives de la tradition que les Français d’autrefois on établi. En utilisant Belmont comme modèle, l’éthique du travail et la tradition des paysans aux Etats-Unis peuvent devenir évidentes.

Premièrement, il est nécessaire d’établir que d’être un paysan n’est pas une mauvaise chose. Quoique la société ait donné aux paysans une image de marque négative, être un paysan est simplement avoir un style de vie, comme être étudiant ou professeur. Estyn Evans offre cette explication: un paysan, c’est <<le fermier qui travaille à son compte. . .qui dépend en grande partie du travail de sa famille; et nous pourrions nous attendre à la contribution de ce travail d’être plus importante que la contribution du capital.>> Donc, les paysans ne sont nécessairement ni pauvres ni riches; ce qui est important pour eux-mêmes, c’est la terre. Encore, Estyn Evans clarifie: <<C’est cet attachement à la terre qui est approfondi par le dévouement du travail quotidien et le festival saisonnier et par l’usage traditionnel des nourritures du jardin et des matières locales pour les outils, les métiers artisanaux, les vêtements, et les maisons.>> En stéréotypant, les paysans ont des valeurs particulières, comme susmentionné. Surtout la plus importante de ces valeurs est l’idée de travailler dur, mais les autres sont importantes pour qu’on puisse comprendre l’idée centrale.

D’abord l’importance de la famille et la communauté doit être comprise. Les immigrés européens avaient besoin de grandes familles pour pouvoir faire tout le travail de la ferme, car à cette époque, on ne pouvait pas embaucher quelqu’un--c’était trop cher. Donc, la famille avait beaucoup d’importance pour les paysans. Logiquement, l’importance de la communauté suit. Les familles formaient des communautés, où tout le monde contribuait également, et tout le monde partageait les mêmes valeurs. Les familles ont gardé ces valeurs dans la vie quotidienne, comme Estyn Evans a expliqué. Quand ils sont venus aux Etats-Unis, quoique l’environnement ait bien changé, cette éthique restait avec eux.

La religion était importante pour qu’on ne perde pas la foi dans le système. Avec tout le travail et les responsabilités par rapport à la famille et la ferme, on doit avoir quelque chose de bon qui offre une meilleure vie. Voilà la raison pour laquelle la religion existait. Puisque les paysans avaient tant de travail, ils avaient besoin d’une raison pour continuer: Dieu était la réponse. Le système n’avait pas de complications, à cause du fait que <<la religion est irrationnelle et elle défie les arguments logiques.>>

Ainsi, il est évident que les valeurs des paysans sont nécessaires pour leur style de vie. Le travail dur demande une certaine éthique, et les paysans l’adoptaient. Il est clair maintenant que les paysans avaient une éthique de travail, et que cette éthique est composée des nécessités qui permettent qu’on travaille très dur--l’idée centrale de la vie du paysan. Ensuite, on considère le modèle de Belmont, dans le Wisconsin, par rapport aux paysans.

Belmont est une très petite ville (avec 845 habitants) dans le sud-ouest du Wisconsin. On soupçonnerait que dans cette petite ville, rien ne se passe, mais ce n’est pas du tout vrai. Il y a deux <<fermes de fromage>> à Belmont qui sont très renommées partout dans les Etats-Unis.

La première ferme, qui s’appelle Besnier, Inc., est gérée par Remy Colas. Il donne un exemple de l’éthique dont on a parlé plus tôt. <<Le lait du Wisconsin est très proche de la qualité qu’on trouve en France avec les petits fermiers qui s’occupent de leur troupes comme autrefois.>> Cette déclaration démontre les valeurs européennes que les immigrés ont apportées. Il cherchait une qualité dans son travail et les produits du travail.

Ces valeurs sont une grande partie de l’affaire de cette ferme, et elles sont dérivées des valeurs de la famille. Puisque la famille avait tant d’importance dans la ie du paysan en Europe autrefois, les valeurs de la famille durent pendant longtemps. L’autre ferme, qui s’appelle Montchever Betin Inc., donne un exemple de cette importance: <<Sa [celle du fromage] recette et procédé d’agé viennent d’expérience en France.>> Bien sûr, on gardera ses propres méthodes d’agriculture quand on se déplacera, mais Jean Rossard, le propriétaire de cette ferme, comme tous les paysans, suivait la tradition de ses ancêtres: son père fait du fromage de chèvres en France, et sa grand-mère faisait du fromage de chèvres à la main dans sa ferme [en Europe].

Ces fermes ont un avantage que les paysans d’autrefois n’avaient pas: la technologie. Ici, l’importance du <<paysan>> comme style de vie est évidente. Les paysans de Belmont ont de grandes usines où on prodiut beaucoup de fromage--ces fermes marchent selon leur capital. Ils utilisent la technologie pour appliquer les valeurs de leurs ancêtres. Ils cherchent une petite ville et ils gardent ces valeurs avec un attachement pour la terre et pour leur travail, mais aujourd’hui, ils ont l’occasion d’utiliser ces valeurs avec la technologie. Cette technologie permet à la fois beaucoup de porduction et de travail dur, en suivant la tradition des valeurs des fermiers français d’autrefois.

Cette tradition en Belmont trprésente <<un engagement au village>> qui provient directement de la tradition des paysans en Europe. Les grandes fermes d’aujourd’hui joinnent les valeurs à la technologie pour avoir beaucoup de succès économique. Bien que les paysans d’autrefois ne se soient pas occupés des affaires économiques, les paysans d’aujourd’hui doivent s’inquièter au sujet de l’argent. Donc, les fermiers gardent les valeurs de leurs ancêtres et adoptent les <<valeurs>> économiques. Les fermiers français (et européens, en général), donnaient une éthique aux Etats-Unis qui existe encore aujourd’hui. L’agriculture aux Etats-Unis est fondé sur les valeurs des paysans, et ça peut marcher au cause du fait que <<au fond de l’esprit éternel du paysan, on a le passé.>>

[top of page]


Document added 7/21/98

[Return to WFC Office]