Jacques Legardeur, Sieur de Saint Pierre

par Stéphanie Rose Marsala


Français 4
étudiante de Mme Schulz
Waukesha South High School
Waukesha, Wisconsin
décembre 1998

Les Legardeur de Repentigny étaient une très vielle famille avec beaucoup de puissance dans la Nouvelle France. En 1636 un membre de la famille Legardeur de Normandie est allé a la Nouvelle France et on lui a donné la seigneurie de Repentigny, près de Montréal. Alors maintenant Legardeur était le Sieur de Repentigny. Hors des deux filles, il avait un fils, qui s'appelait Ignace, qui est devenu le père des hommes très importants de l'histoire du Ouisconsin et du Nord-ouest de la Nouvelle France. Ignace Legardeur, Sieur de Repentigny, a épousé Marguerite Nicolet, la fille de l'explorateur célèbre du Ouisconsin. Parce que c'était la coûtume du temps de donner à son premier fils le nom de sa famille (i.e. Repentigny) et à son autre fils le nom d'un autre endroit géographique (i.e. Courtmanche, et St. Pierre), le premier fils d'Ignace et Margeurite était Legardeur de Repentigny pendant que les deux autres fils étaient Legardeur de Courtmanche, et Paul Legardeur de St. Pierre. En 1701 est né à Paul Legardeur, Sieur de St. Pierre, un fils qu'il a nommé Jacques. Pendant sa vie Jacques Legardeur de St. Pierre a accompli beaucoup de services qui ont été très importants pour notre pays.

Peu est connu de l'enfance de Jacques Legardeur de St. Pierre. Il a passé beaucoup de temps à écouter  sa grand-mère raconter l'histoire de son arrière grand-père, Jean Nicolet, et son voyage dans le Ouisconsin. Parce que le père de Jacques était très respecté par les Indiens, le plus jeune St. Pierre voyageait avec lui, et a appris pas seulement leur langue et leurs coutumes, mais aussi la connaissance de la forêt qui l'aiderait dans les années à venir. Entre les années 1701 et 1716 le nord du Ouisconsin n'était en tumulte par la première des deux guerres entre les Français et les Indiens qui s'appelaient les Renards. Les Renards, ou les Outagamie, étaient des membres des Algonquins, avec les Sauk, Mascouten, et Kickapoo. Ils sont venus de plus à l'est, mais pendant le 16e Siècle les Nations des Iroquois ont envahi leur terres et les ont chassés à l'ouest. Les Renards venaient au Wisconsin et habitaient le long de la Baye Verte, le Lac Puant (Winnebago), la Rivière des Renards, et le petit Lac des Renards (Petit Lac Butte des Morts). Malheureusement ce mouvement les a causés d'être près de leurs ennemis, les Sioux. En 1700 Pierre le Sieur, un marchand français, a bâti un comptoir entre les Sioux près de la Rivière de Terre-Bleue. Les Renards, jaloux du succès des Sioux, ont déclenché une offensive suprise sur le village des Sioux. Cette offensive a commencé une guerre intertribale qui encompasserait l'armée de la France, aussi.

Cette guerre a resulté dans la mort de beaucoup de Renards; des chefs, des guerrieurs, des femmes, et des enfants. Malheureusement quelques-uns des chefs des Sauteurs (Chippewa) ont été tués, aussi. Après la guerre, en 1718, les Sauteurs menacaient d'attaquer les Renards pour venger ces morts. Le Gouveneur de la Nouvelle France, le Marquis de Vaudreuil, qui était anxieux pour la paix en ce pays avait envoyé Paul Legardeur, Sieur de St. Pierre (le père de Jacques) pour bâtir un fort dans la Baie de Chequamegon. Vaudreuil avait choisi Paul Legardeur à cause de sa connaissance et compréhension des Indiens de cette région. Quand Paul Legardeur est allé au fort (appellé "La Pointe"), il avait pris son fils, Jacques Legardeur (en ce temps-là il avait 17 ans). C'est le commerncement de la carrière militaire très distinguée de Jacques Legardeur, Sieur de St. Pierre.

La première partie de la carrière de Jacques Legardeur n'était pas remplie d'événements spectaculaires. La seule mention de lui avant les années 1730 est dans un tableau de service pour 1729, qui nomme les officiers aux forts dans l'ouest de la Nouvelle France. Dans ce tableau de service il est inscrit comme un enseigne de deuxième classe.

Le Marquis de la Jonquière, le nouveau gouveneur du Canada, avait voulu trouver le grand océan qu'il entendait au sujet des Indiens de l'ouest. Il a pensé qu'il allait avoir du commerce avec les Indiens , s'il pouvait avoir le territoire de la Nouvelle France. En 1750 Jonquière avait nommé Jacques Legardeur de Saint Pierre pour guider l'expédition pour trouver une route jusqu'à l'Océan Pacifique. Il a choisi St. Pierre parce que, comme il a dit, "il connaît ces pays mieux que les autres officiers dans toute la colonie." Le 5 Juin St. Pierre et sa compagnie sont partis du Québec par Fort de la Reine, le dernier fort des Français autour du lieu sauvage de l'ouest. Beaucoup de mois plus tard ils sont arrivés à la Grande Chaine de Montagnes, que Jacques Legardeur de St. Pierre a appelé "les montagnes Rocheuses". Il a batî un fort prés de la Rivière de Saskatchawan, qu'il a appelé Fort de la Jonquière.

Dans l'automne de 1751 St. Pierre a quitté le Fort de la Jonquière et est allé au Fort de la Reine pour l'hiver. Vers la fin de fevrier les Assinniboins ont attaqué le fort. À ce temps St. Pierre avait cinq soldats avec lui, seulement. -Les soldats, affrayés de ces Indiens, essayaient de courir, mais St. Pierre les a arrêtés. Il a empêché un massacre par les Assinniboins, aussi. St. Pierre a éventré deux poudrières, il a saisi un tison, et il a dit que il allait les  éclatér, et lui aussi, s'ils ne partaient pas. Les Assinniboins ont couru en terreur. Personne n'était tué.

En 1754 l'officier et marchand célèbre Paul de la Marque Marin, le commandant du Fort de le Boeuf, est mort. Jonquière a voulu le remplacer. Il a choisi le meilleur officier qu'il connaisait. Il a choisi Jacques Legardeur, Sieur de St. Pierre. Ce choix a mené à une rencontre très historique. En novembre de cette année, un jeune majeur George Washington s'est approché du Fort le Boeuf avec une lettre du gouverneur d'Anglais de Virginie, Robert Dinwiddie, pour les commandants français dans la Vallée de l'Ohio. Cette lettre a dit aux soldats français de partir de la vallée, parce que les Anglais prétendaient pour l'Angleterre. Jonquière a répondu negativement à cette lettre, éventuellement, mais le rencontre autour de St. Pierre et Washington a été très historique parce qu'il était une partie du commencement de la Guerre de Sept Ans.

Plus tard, en 1755, Baron Dieskau, le prédécesseur de Montcalme, a guidé une expédition contre Sir William Johson et ses Iroquois autour du Lac George. C'était sur cette expédition que Jacques Legareur , Sieur de Saint Pierre est mort. Il avait 55 ans.
map

Bibliography

Costain, Thomas B.; The White and Gold: The French Régime in Canada. Doubleday and Company, Inc; Garden City, N.Y.; 1954

Eckert, Allan W.; Wilderness Empire. Little, Brown and Company; Boston; 1969

Kellogg, Louise Phelps; The French Régime in Wisconsin and the Northwest. Cooper Square Publishers, Inc; N.Y.; 1968, orig. pud. 1925

Moore, Charles; The Northwest Under Three Flacts. Harper and Brothers Publishers; N.Y.; 1900

Parkman, Francis; France and England in North America: Volumes 1 and II. Literary Classics of the United States, Inc; N.Y.; 1983

Peckham, Howard H.; The Colonial Wars: 1689-1762. University of Chicago Press; Chicago; 1964


page added July 27, 1999
[Return to Top]

[Back to Study]

[Back to Library]