St. Jean de Brébeuf

par Kristina Smiley


Français 4
étudiante de Mme Schulz
Waukesha South High School
Waukesha, Wisconsin
décembre 1998


Jean de Brébeuf est né le 25 mars 1593, à Condé-sur-Vire, Normandie, où sa famille a appartenu a l'aristocratie qui avait du terrain. Il est entré dans la société de Jésus en 1617 et il a été ordonné en 1622. Pour les trois années prochaines il a été trésorier au lycée Jésuite à Rouen. À sa requête, en 1625 il est allé à la mission récemment ouverte Jésuite dans la Nouvelle France. Pour connaître à fond la langue native, Brébeuf est parti du Québec en octobre 1625 et il a habité pendant cinq mois au milieu des Montagnais, qui appartenaient à la nation Alonquin. Son travail de missionaire a concentré sur la conversion des Indiens Huron dans le sud-est de l'Ontario.

Brébeuf était le premier apôtre d'être en contact avec les Hurons, et l'évangélisation impliquait beaucoup de souffrances physiques sévères, augmenté de l'entourage révoltant aux normes Chrétiennes de moralité et sensibilités européennes. Ajouté à ça étaient des insultes et des calumnies amassés sur lui par les sorciers natifs jaloux, qui blamaient les Jésuites pour les pestes périodiques, les famines, et les guerres et qui les ont associés avec les défauts des colons français. Pendant sa premiere visite de trois ans, le Père Brébeuf s'est familiarisé avec des chemins des Hurons et a enseigné le catéchisme en Huron, mais il n'a converti personne.

L'occupation des Anglais du Québec en 1629 a nécessité que Brébeuf retourne en France. Là il est revenu a son travail antérieur comme trésorier à l'école à Rouen. Quand la France et l'Angleterre ont signé une traité de paix en 1633, il est retourné au Québec en compagnie de son fondeur et son ami, l'explorateur Samuel de Champlain.

Le deuxième voyage de Brébeuf à Huronie a eu plus de succes. Les natifs avaient peur de sa hauteur inusitée, intensité, et la force de l'âme. Ses camarades Jésuites ont admiré sa noblesse de caractere, ses qualitês d'autorité, patience et prudence, et facilité en dialecte local. Il a trouvé les Hurons plus réceptifs 'à l'évangelie et il a baptisé de nombreux mourants petits enfants et adultes, avec un petit nombre de adultes sain. Cependant les Hurons ont condamné les missionaires a mort pour avoir causé l'épidémie en 1636-1637, et seulement la subsidence de la peste a sauvé leur vie.

Brébeuf était le chef de la Mission de Saint Joseph, une communauté d'américains natifs Chrétiens à Sillery près de Québec, de 1641-1644, quand il est parti pour sa troisième et finale visite en Huronie. Une augmentation rapide en conversions a fortifié beaucoup ses espoirs pour la baptême de tous les gens. Mais le 16 mars 1649, les guerriers Iroquois - les ennemis implacables des Hurons, des Francais, et les missionaires - ont capturé Les Pères Brébeuf et Gabriel Lalemant à la station de la mission de St. Louis, les ont trainés une brève distance à la mission de St. Ignace, et les ont torturés pour des heures avant de les tuer. Ces deux, avec quatre autres prêtres et deux assistants séculaires, connus comme des martyrs nord-américains.

J'ai choisi d'écrire au sujet de Jean de Brébeuf parce qu'il a été quelqu'un dont je n'ai jamais entendu et il a été un missionaire. J'ai desiré écrire au sujet d'un missionaire parce que ceci semblait être plus intéressant que juste un explorateur normal. Malheureusement, je n'en ai pas pu trouver beaucoup, mais c'était intéressant de lire ce qu'il faisait dans sa vie. Quand j'ai entendu d'abord que nous allions faire ce rapport j'ai pensé que ça serait très difficile. J'aime l'approche que nous avons prise d'écrire une demie-page par jour parce que comme ça nous ne pourrions pas le remettre trop et c'était plus facile que j'ai attendu.


Bibliographie


Encyclopedia of World Biography Second Edition, Bardeen-Briand 2. 1998




page added July 27, 1999
[Return to Top]

[Back to Study]

[Back to Library]